Le conditionnement classique, un éclairage sur nos comportements
Le conditionnement classique, un éclairage sur nos comportements

Le conditionnement classique, un éclairage sur nos comportements

Le conditionnement classique, un éclairage sur nos comportements

Le conditionnement classique (également connu sous le nom de conditionnement pavlovien ou de répondant) est l’apprentissage par association et a été découvert par Pavlov, un physiologiste russe. En termes simples, deux stimuli sont liés ensemble pour produire une nouvelle réponse apprise chez une personne ou un animal. En sophrologie, nous parlons également de geste d’ancrage lorsqu’un geste est associé à un état d’esprit ou une sensation.

L’exemple le plus célèbre de conditionnement classique a été mené auprès de chiens, qui salivaient en réponse à un son de cloche. Il s’agissait alors d’un réflexe naturel de salivation. Pavlov a montré que lorsqu’une cloche retentissait chaque fois que le chien était nourri, le chien apprenait à associer le son à la présentation de la nourriture. Pour cela, le son était diffusé à la présentation de la nourriture puis progressivement espacé. Le constat est que le chien salive progressivement uniquement au son de la cloche. Il s’agit ici d’un réflexe que nous appelons « conditionné ».

Il y a trois étapes du conditionnement classique. À chaque étape, les stimuli et les réponses reçoivent des termes scientifiques spéciaux :

Étape 1 : Avant le conditionnement :

À ce stade, le stimulus inconditionné (UCS) produit une réponse inconditionnée (UCR) dans un organisme.

En termes simples, cela signifie qu’un stimulus dans l’environnement a produit un comportement / réponse qui n’est pas appris (c’est-à-dire inconditionné) et est donc une réponse naturelle qui n’a pas été enseignée. À cet égard, aucun nouveau comportement n’a encore été appris.

Par exemple, un virus de l’estomac (UCS) produirait une réponse de nausée (UCR). Dans un autre exemple, un parfum (UCS) pourrait créer une réponse de bonheur ou de désir (UCR).

Cette étape implique également un autre stimulus qui n’a aucun effet sur une personne et est appelé le stimulus neutre (NS). Le NS peut être une personne, un objet, un lieu, etc.

Le stimulus neutre dans le conditionnement classique ne produit pas de réponse tant qu’il n’est pas associé au stimulus inconditionné.

Étape 2 : Pendant le conditionnement :

Au cours de cette étape, un stimulus qui ne produit aucune réponse (c.-à-d. neutre) est associé au stimulus inconditionné, auquel cas il devient maintenant connu sous le nom de stimulus conditionné (CS).

Par exemple, un virus de l’estomac (UCS) peut être associé à la consommation d’un certain aliment tel que le chocolat (CS). En outre, le parfum (UCS) peut être associé à une personne spécifique (CS).

Pour que le conditionnement classique soit efficace, le stimulus conditionné doit se produire avant le stimulus inconditionné, plutôt qu’après, ou en même temps. Ainsi, le stimulus conditionné agit comme un type de signal pour le stimulus inconditionné.

Souvent, au cours de cette étape, l’UCS doit être associé au CS à plusieurs reprises, ou essais, pour que l’apprentissage ait lieu. Cependant, un apprentissage de sentier peut se produire à certaines occasions lorsqu’il n’est pas nécessaire qu’une association soit renforcée au fil du temps (comme être malade après une intoxication alimentaire ou boire trop d’alcool).

Étape 3 : Après conditionnement :

Maintenant, le stimulus conditionné (CS) a été associé au stimulus inconditionné (UCS) pour créer une nouvelle réponse conditionnée (CR).

Expérience de Little Albert

Watson et Rayner (1920) ont été les premiers psychologues à appliquer les principes du conditionnement classique au comportement humain en examinant comment ce processus d’apprentissage peut expliquer le développement des phobies.

Ils l’ont fait dans ce qui est maintenant considéré comme l’une des expériences les plus douteuses sur le plan éthique jamais menées – le cas de Little Albert. La mère d’Albert B. était infirmière dans un hôpital pour enfants. Albert a été décrit comme « en bonne santé dès la naissance » et « dans l’ensemble solide et sans émotion ».

Quand il avait environ neuf mois, ses réactions à divers stimuli (y compris un rat blanc, des journaux en feu et un marteau frappant une barre d’acier de quatre pieds justes derrière sa tête) ont été testées.

Seul le dernier d’entre eux l’effrayait, alors cela a été désigné comme le stimulus inconditionné (UCS) et la peur de la réponse inconditionnée (UCR). Les autres stimuli étaient neutres parce qu’ils ne produisaient pas de peur.

Quand Albert avait un peu plus de onze mois, le rat et l’UCS ont été présentés ensemble : alors qu’Albert tendait la souris pour caresser l’animal, Watson a frappé la barre derrière sa tête.

Cela s’est produit sept fois au total au cours des sept semaines suivantes. À ce moment-là, le rat, le stimulus conditionné (CS), à lui seul, effrayait Albert, et la peur était maintenant une réponse conditionnée (CR).

Le CR s’est transféré spontanément au lapin, au chien et à d’autres stimuli qui étaient auparavant neutres. Cinq jours après le conditionnement, le CR produit par le rat a persisté. Après dix jours, c’était « beaucoup moins marqué », mais c’était toujours évident un mois plus tard.


Conditionnement classique dans l’enseignement

Les implications du conditionnement classique en classe sont moins importantes que celles du conditionnement opérant, mais il est toujours nécessaire que les enseignants essaient de s’assurer que les élèves associent des expériences émotionnelles positives à l’apprentissage.

Si un élève associe des expériences émotionnelles négatives à l’école, cela peut évidemment avoir de mauvais résultats, comme la création d’une phobie scolaire.

Par exemple, si un élève est victime d’intimidation à l’école, il peut apprendre à associer l’école à la peur. Cela pourrait également expliquer pourquoi certains étudiants montrent une aversion particulière pour certaines matières qui se poursuivent tout au long de leur carrière universitaire. Cela peut se produire si un élève est humilié ou puni en classe par un enseignant.


Évaluation critique

Le conditionnement classique met l’accent sur l’importance d’apprendre de l’environnement et favorise l’éducation plutôt que la nature. Cependant, il est limitatif de décrire le comportement uniquement en termes de nature ou d’éducation, et les tentatives de le faire sous-estiment la complexité du comportement humain. Il est plus probable que le comportement soit dû à une interaction entre la nature (biologie) et l’éducation (environnement).

Le processus de conditionnement classique peut probablement expliquer certains aspects de certains autres troubles mentaux. Par exemple, dans le trouble de stress post-traumatique (SSPT), les personnes atteintes ont tendance à présenter des réponses conditionnées classiquement aux stimuli présents au moment de l’événement traumatisant (Charney et coll., 1993). Mais comme toutes les personnes exposées à l’événement traumatique ne développent pas de Syndrome du Stress Post Traumatique, d’autres facteurs doivent être impliqués, tels que les différences individuelles dans l’évaluation par les personnes des événements en tant que facteurs de stress et l’environnement de rétablissement, tels que la famille et les groupes de soutien.

Il y a eu de nombreuses démonstrations en laboratoire de participants humains acquérant un comportement par le processus de conditionnement classique. Il est relativement facile de conditionner et d’éteindre classiquement les réponses conditionnées, telles que le clignement des yeux et les réponses galvaniques de la peau.

Cependant, l’application du conditionnement classique à notre compréhension du comportement humain complexe tel que la mémoire, la pensée, le raisonnement ou la résolution de problèmes s’est avérée plus problématique.

Chez les adultes normaux, le processus de conditionnement peut apparemment être remplacé par des instructions : le simple fait de dire aux participants que le stimulus inconditionné ne se produira pas provoque une perte instantanée de la réponse conditionnée, qui autrement ne s’éteindrait que lentement (Davey, 1983).

La plupart des participants à une expérience sont conscients des contingences de l’expérimentateur (la relation entre les stimuli et les réponses) et, en l’absence d’une telle conscience, ne parviennent souvent pas à montrer des preuves de conditionnement (Brewer, 1974).

Il existe également des différences importantes entre les très jeunes enfants ou ceux qui ont de graves difficultés d’apprentissage et les enfants plus âgés et les adultes en ce qui concerne leur comportement dans une variété d’expériences d’apprentissage de conditionnement et de discrimination opérantes.

Celles-ci semblent en grande partie attribuables au développement du langage (Dugdale et Lowe, 1990).

Même la thérapie comportementale, l’une des applications apparemment les plus réussies des principes de conditionnement au comportement humain, a cédé la place à la thérapie cognitivo-comportementale (Mackintosh, 1995).

Une force de la théorie classique du conditionnement est qu’elle est scientifique. C’est parce qu’elle est basée sur des preuves empiriques réalisées par des expériences contrôlées. 

Les partisans d’une approche réductionniste disent qu’elle est scientifique. Décomposer les comportements compliqués en petites pièces signifie qu’ils peuvent être testés scientifiquement. Cependant, certains diront que le point de vue réductionniste manque de validité. Ainsi, bien que le réductionnisme soit utile, il peut conduire à des explications incomplètes.

Une dernière critique de la théorie classique du conditionnement est qu’elle est déterministe. Cela signifie qu’il ne permet aucun degré de libre arbitre chez l’individu. En conséquence, une personne n’a aucun contrôle sur les réactions qu’elle a apprises du conditionnement classique, comme une phobie.

L’approche déterministe a également des implications importantes pour la psychologie en tant que science. Les scientifiques s’intéressent à la découverte de lois qui peuvent ensuite être utilisées pour prédire les événements. Cependant, en créant des lois générales du comportement, la psychologie déterministe sous-estime le caractère unique des êtres humains et leur liberté de choisir leur propre destin.

Terminologie

Stimulus neutre

Dans le conditionnement classique, un stimulus neutre (NS) est un stimulus qui n’évoque pas de réponse tant qu’il n’est pas associé au stimulus inconditionné. Par exemple, dans l’expérience de Pavlov, la cloche était le stimulus neutre et ne produisait une réponse que lorsqu’elle était associée à de la nourriture.

Stimulus inconditionné

Dans le conditionnement classique, le stimulus inconditionné est une caractéristique de l’environnement qui provoque une réponse inconditionnée naturelle et automatique. Dans l’étude de Pavlov, le stimulus inconditionné était la nourriture.

Réponse inconditionnée

Dans le conditionnement classique, une réponse inconditionnée est une réponse non apprise qui se produit automatiquement lorsque le stimulus inconditionné est présenté. Pavlov a montré l’existence de la réponse inconditionnée en présentant à un chien un bol de nourriture et en mesurant ses sécrétions salivaires.

Stimulus conditionné

Dans le conditionnement classique, le stimulus conditionné (CS) est un stimulus de substitution qui déclenche la même réponse dans un organisme qu’un stimulus inconditionné. En termes simples, un stimulus conditionné fait réagir un organisme à quelque chose parce qu’il est associé à autre chose. Par exemple, le chien de Pavlov a appris à saliver au son d’une cloche.

Réponse conditionnée

Dans le conditionnement classique, la réponse conditionnée (RC) est la réponse apprise au stimulus précédemment neutre. Dans les expériences d’Ivan Pavlov sur le conditionnement classique, la salivation du chien était la réponse conditionnée au son d’une cloche.

Acquisition

Dans la période initiale d’apprentissage, l’acquisition décrit quand un organisme apprend à relier un stimulus neutre et un stimulus inconditionné.

Extinction

En psychologie, l’extinction fait référence à l’affaiblissement progressif d’une réponse conditionnée en rompant l’association entre les stimuli conditionnés et inconditionnés.

Par exemple, lorsque la cloche a sonné à plusieurs reprises et qu’aucune nourriture n’a été présentée, le chien de Pavlov a progressivement cessé de saliver au son de la cloche.

Récupération spontanée

La récupération spontanée est un phénomène de conditionnement pavlovien qui fait référence au retour d’une réponse conditionnée (sous une forme plus faible) après une période de temps après l’extinction. Par exemple, lorsque Pavlov a attendu quelques jours après avoir éteint la réponse conditionnée, puis a sonné la cloche une fois de plus, le chien a salivé à nouveau.

Généralisation

En psychologie, la généralisation est la tendance à répondre de la même manière aux stimuli qui sont similaires mais pas identiques au stimulus conditionné. Par exemple, dans l’expérience de Pavlov, si un chien est conditionné à saliver au son d’une cloche, il peut plus tard saliver en une cloche plus aiguë.

Discrimination

Dans le conditionnement classique, la discrimination est un processus par lequel les individus apprennent à différencier des stimuli similaires et à répondre de manière appropriée à chacun d’eux.

Par exemple, finalement, le chien de Pavlov apprend la différence entre le son des 2 cloches et ne salive plus au son de la cloche non alimentaire.

Références

Bremner, J. D., Southwick, S.M., Johnson, D. R., Yehuda, R., & Charney, D. S. (1993). Violence physique dans l’enfance et trouble de stress post-traumatique lié au combat chez les anciens combattants du Vietnam. La revue américaine de psychiatrie.

Brewer, W. F. (1974). Il n’y a aucune preuve convaincante d’un conditionnement opérant ou classique chez les humains adultes.

Davey, B. (1983). Réfléchissez à haute voix : Modéliser les processus cognitifs de la compréhension de la lecture. Journal de lecture, 27(1), 44-47.

Dugdale, N., et Lowe, C. F. (1990). Nommage et équivalence des stimuli.

Pavlov, I. P. (1897/1902). Le travail des glandes digestives. Londres: Griffin.

Watson, J.B. (1913). La psychologie telle que le comportementaliste la voit. Psychological Review, 20, 158-177.

Watson, J.B. (1913). La psychologie telle que le comportementaliste la voit. Psychological Review, 20, 158-177.

Watson, J.B. (1924). Comportementalisme. New York: People’s Institute Publishing Company.

Watson, J.B., & Rayner, R. (1920). Réactions émotionnelles conditionnées. Journal de psychologie expérimentale, 3(1), 1.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.