Surmonter une phobie
Surmonter une phobie

Surmonter une phobie

EXEMPLE CLINIQUE D’UN SUIVI REUSSI

Ce texte pour relater la prise en charge en sophrologie d’une phobie.

Les phobies sont un type de trouble anxieux et diffèrent des troubles anxieux généralisés parce que l’anxiété n’est ressentie que lorsque vous êtes confronté à l’objet / à la situation spécifique craint. 

1 la problématique

Une personne est venue me consulter car était apparu soudainement lorsqu’elle traversait un pont en voiture et des crises d’angoisse.

Il s’agissait d’un phénomène nouveau dont elle n’identifiait pas la cause.

2 l’écoute et la maitrise des sensations

Nous avons travaillé ensemble en sophrologie afin d’apprendre à se mettre à l’écoute des sensations sur quelques séances. Ce phénomène s’était atténué puisque cette personne avait eu la sensation de retrouver le contrôle d’elle-même.  Néanmoins cette traversée de ce pont était toujours aussi difficile. Cette femme est avocate. Dans sa vie professionnelle elle gère des sujets difficiles, prend la parole, mène un argumentaire avec beaucoup de ténacité et de conviction et d’éloquence.  De fait elle estime ce comportement professionnel comme positif, comme une ressource.

Nous avons ensemble considéré ce comportement et ce moment au sein duquel elle se sent en maitrise de ses capacités comme un levier afin de surmonter la peur qu’elle ressentait sur ce pont.

3 La solution

Nous avons dans un premier temps travaillé à visualiser ce moment ressource pour ensuite visualiser ce moment difficile lorsqu’elle se trouve sur ce point et progressivement opérer une correction des émotions afin de transposer la sensation de sécurité et de maîtrise qu’elle avait dans la première situation dans cette 2e situation.

Cette méthode a très bien fonctionné. Il est étrange que lorsque je lui ai fait visualiser ce moment où elle prend la parole au sein du tribunal, ce moment où elle ressent ses appuis, sa solidité sa force, je n’avais pas évoqué la relation qu’elle a avec son client.

Néanmoins, elle-même a fait ce lien et a ressenti que toute la force son argumentation était orientée vers son client. Elle se sentait relié à lui, percevait sa fragilité, ses questionnements, son anxiété. Sa force venait réguler l’émotion de son client.

 

 Elle s’est rendu compte quand elle était en visualisation sur ce pont qu’elle se retrouvait dans cet état de fragilité identique à celui de son client et qu’elle percevait le vide à côté d’elle. Elle s’est dès lors autorisée à imaginer la partie d’elle-même solide et forte comme co-pilote qui venait grâce à son regard et son énergie, encourager et permettre à cette partie plus fragile de surmonter ce passage. Cela fonctionne très bien. Simplement elle a choisi maintenant quand elle prend sa voiture t’attacher la ceinture de sécurité du passager même si cette place est libre pour donner place à cette présence solide qui l’accompagne. Ce subterfuge conscient lui a permis de retrouver son équilibre et la sérénité. Je trouve cette histoire intéressante car cela révèle la richesse du dialogue entre le thérapeute et son patient. Il ne s’agit pas d’apporter des solutions toutes faites mais notre rôle consiste à ouvrir un espace d’expérimentation au sein duquel les personnes vont pouvoir trouver leur solution avec leur subtilité personnelle. J’ai toujours été impressionné par la capacité de création les personnes qui viennent nous consulter. Sur ce point je ne peux qu’être modeste et heureux de pouvoir les guider.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.